Poème 'Pareidolie' de ATOS

Pareidolie

ATOS

Il avait les songes sombres.
Mais il parlait aux anges.
Quelques poussières en année,
Le bardage en piété,
Il venait.
Nul ne pouvait imaginer
Quel savoir il détenait.
Il venait aux portes de la cité.
C’est ainsi qu’il entrait.
L’épaufrure d’un coeur
sur le parement d’une cure,
ou la vis de Saint Gilles
à la tour des guildes,
La louve et le diable entre ses mains,
Il décorait le visage des temples
pour ouvrir l’oeil des hommes.
De Sens et par Noyon
Il était compagnon.
Venant de Soissons ou de Senlis
Du vide et du plein il était le fils.
Il oeuvrait.
Tailleur de pierre,
De la gouge à la gradine
Il élevait l’espace pour que les choeurs
des hommes entre dans la grâce.
Sa marque était son nom.
Nul besoin d’être glorieux
Lorsque l’on s’adresse aux cieux.
Par la caresse d’une ripe
Et par le geste du ciseau
Il faisait éclore la lumière
Dans le vitrail des roses
A la croisée d’un chemin,
Il bâtissait.
C’est alors que la prière venait.

Le Tétragramme - Vitrail de l’église Saint-Germain-des-Prés - Paris

Le Tétragramme - Vitrail de l’église Saint-Germain-des-Prés - Paris

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS