Poème 'Paume' de Rainer Maria RILKE dans 'Vergers'

Paume

Rainer Maria RILKE
Recueil : "Vergers"

Paume, doux lit froissé
où des étoiles dormantes
avaient laissé des plis
en se levant vers le ciel.

Est-ce que ce lit était tel
qu’elles se trouvent reposées,
claires et incandescentes,
parmi les astres amis
en leur élan éternel ?

Ô les deux lits de mes mains,
abandonnés et froids,
légers d’un absent poids
de ces astres d’airain.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Mains vides
    ---------------

    Je regarde mes mains vides
    Et quelques papiers froissés :
    Que m'a servi de penser
    À du trouble, à du limpide ?

    Mes mains, prenez du repos,
    Reste bien calme, ô ma tête,
    Ce n'est plus le temps des fêtes ;
    Faudra quitter le troupeau.

    Ô mes mains, prenez patience,
    Faudra veiller dans le froid ;
    Faudra supporter le poids
    De cette accablante science.

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS