Poème 'Pensée perdue' de René-François SULLY PRUDHOMME dans 'Stances et poèmes'

Pensée perdue

René-François SULLY PRUDHOMME
Recueil : "Stances et poèmes"

Elle est si douce, la pensée,
Qu’il faut, pour en sentir l’attrait,
D’une vision commencée
S’éveiller tout à coup distrait.

Le coeur dépouillé la réclame ;
Il ne la fait point revenir,
Et cependant elle est dans l’âme,
Et l’on mourrait pour la finir.

A quoi pensais-je tout à l’heure ?
A quel beau songe évanoui
Dois-je les larmes que je pleure ?
Il m’a laissé tout ébloui.

Et ce bonheur d’une seconde,
Nul effort ne me l’a rendu ;
Je n’ai goûté de joie au monde
Qu’en rêve, et mon rêve est perdu.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Sagesse du coq-bouc
    ---------------------

    Du coq-bouc les claires pensées
    Ne sont pas dépourvues d'attraits ;
    Mais parfois, comme il est distrait !
    Et sa trouvaille est effacée.

    Or, comme nul ne la réclame,
    Il ne la fait point revenir ;
    Ce fantôme de souvenir
    S'endort, pour toujours, dans son âme.

    Un tel trésor d'une seconde
    Ne lui sera jamais rendu ;
    Ah, qu'importe qu'il soit perdu !
    Il est tant d'autres joies au monde.

Rédiger un commentaire

René-François SULLY PRUDHOMME

Portait de René-François SULLY PRUDHOMME

René Armand François Prudhomme, dit Sully Prudhomme, né à Paris le 16 mars 1839 et mort à Châtenay-Malabry le 6 septembre 1907, est un poète français, premier lauréat du Prix Nobel de littérature en 1901. Fils d’un commerçant, René Armand Prudhomme, qui souhaite devenir ingénieur, fait ses études au lycée Bonaparte,... [Lire la suite]

© 2016 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto