Poème 'Pierre' de ATOS

Pierre

ATOS

Dans le campement des hommes
Minuit s’en revient vers la grange.
Les bûches soupirent dans la cendre.
Le feu gémit.
Bientôt, il se dira… endormi.
Le temps suspend sa gibecière à la porte de la nuit.
La table est lourde de la peine de Pierre.
Entre les pots de porcelaine,
la lampe file simplement la lumière
Et carde lentement les mots d’une lettre
annonçant l’arrivée de l’enfer.
Quelques châtaignes dans un bol
remplissaient d’espoir cet automne.
Une route trouve refuge dans le froid.
Pierre ne se doutait pas qu’il n’en reviendrait pas

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS