Poème 'Plus je suis tourmenté, plus je me sens heureux…' de Jacques GRÉVIN

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Jacques GRÉVIN > Plus je suis tourmenté, plus je me sens heureux…

Plus je suis tourmenté, plus je me sens heureux…

Jacques GRÉVIN

Plus je suis tourmenté, plus je me sens heureux
Plus je suis assailli, et plus je me renforce,
Plus j’ay de poursuyvans, plus s’augmente ma force,
Plus je suis au combat, plus je suis courageux.

Et plus je suis vaincu, plus suis-je audacieux :
Un coup d’estoc receu ne me sert que d’amorce,
Et pour un coup de lance, une chute, une estorce,
Un coup de coustelas, je n’en suis que de mieux.

Car le seul souvenir de celle que j’honore
Me guarit de ce mal, et d’un plus grand encore,
Et fussé-je au danger de la mort encourir;

Mais si je suis attainct d’une seule estincelle
Qui sorte des beaux yeux ou d’un ris de la Belle,
Alors perdant le cueur je suis prest de mourir.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Méditation estivale
    ----------

    La rosée du matin commande d'être heureux ;
    Le soleil qui n'a point repris toute sa force
    Anime la terrasse en caressant l'écorce
    Des marronniers au tronc antique et vigoureux.

    Aucun souci au coeur, aucun nuage aux cieux :
    Il est tôt, ce n'est point le temps où l'on s'efforce,
    Tout juste on parlera du travail qui s'amorce
    Et qui, bien entendu, sera fait pour le mieux.

    Puis la journée défile et le jardin se dore ;
    Le vin coule, bien frais, d'une petite amphore
    Et tout va, doucement : rien ne sert de courir.

    Au soir, le barde entend les cris des hirondelles
    Qui semblent affirmer que la journée fut belle,
    Quand, au ponant du ciel, le soleil va mourir.

Rédiger un commentaire

Jacques GRÉVIN

Portait de Jacques GRÉVIN

Jacques Grévin, médecin, homme de théâtre et poète, né à Clermont-en-Beauvaisis en 1538, fut l’ami de Ramus, de Du Bellay et Pierre de Ronsard. Dans les dernières années de sa vie, il devint le médecin de la duchesse de Savoie, sœur de Henri II de France. C’est à sa cour qu’il est mort, en novembre 1570, à 32... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto