Poème 'Villanesque' de Jacques GRÉVIN

Villanesque

Jacques GRÉVIN

J’ay trop servi de fable au populaire
En vous aymant, trop ingrate maistresse ;
Suffise vous d’avoir eu ma jeunesse.

J’ay trop cherché les moyens de complaire
A vos beaus yeux, causes de ma détresse :
Suffise vous d’avoir eu ma jeunesse.

Il vous falloit me tromper ou m’attraire
Dedans vos lacs d’une plus fine addresse :
Suffise vous d’avoir eu ma jeunesse.

Car la raison commence à se distraire
Du fol amour qui trop cruel m’oppresse :
Suffise vous d’avoir eu ma jeunesse.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS