Poème 'Villanesque' de Jacques GRÉVIN

Villanesque

Jacques GRÉVIN

J’ay trop servi de fable au populaire
En vous aymant, trop ingrate maistresse ;
Suffise vous d’avoir eu ma jeunesse.

J’ay trop cherché les moyens de complaire
A vos beaus yeux, causes de ma détresse :
Suffise vous d’avoir eu ma jeunesse.

Il vous falloit me tromper ou m’attraire
Dedans vos lacs d’une plus fine addresse :
Suffise vous d’avoir eu ma jeunesse.

Car la raison commence à se distraire
Du fol amour qui trop cruel m’oppresse :
Suffise vous d’avoir eu ma jeunesse.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Jacques GRÉVIN

Portait de Jacques GRÉVIN

Jacques Grévin, médecin, homme de théâtre et poète, né à Clermont-en-Beauvaisis en 1538, fut l’ami de Ramus, de Du Bellay et Pierre de Ronsard. Dans les dernières années de sa vie, il devint le médecin de la duchesse de Savoie, sœur de Henri II de France. C’est à sa cour qu’il est mort, en novembre 1570, à 32... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto