Poème 'Pour une double noce' de Louis-Honoré FRÉCHETTE dans 'Feuilles volantes'

Pour une double noce

Louis-Honoré FRÉCHETTE
Recueil : "Feuilles volantes"

À Mmes Foster et Wonham.

Je me souviens du temps charmant, mesdemoiselles -
Ou mesdames plutôt – du temps où j’ai connu
Deux frais petits minois au sourire ingénu
Blonds, gracieux, bouclés – têtes d’anges sans ailes!
Nul papillon n’était plus léger dans son vol.
On s’arrêtait pour voir leurs courses enfantines;
Et, quand tintait le son de leurs voix argentines,
Chacun croyait entendre un chant de rossignol.
Leur sourire éclairait comme un rayon d’aurore;
Leur regard calme et pur reflétait le ciel bleu;
Et, si je vous disais qu’ils m’aimaient bien un peu,
Vous me pardonneriez de l’espérer encore.
Le toit qui les couvrait m’a souvent abrité.
C’était un beau manoir avec pelouse verte.
J’y reçus bien des fois, sur la porte entr’ouverte,
Le serrement de main de l’hospitalité.
C’était bien loin d’ici, là-bas, à la campagne.
En me voyant venir, on accourait dehors;
Et la franche amitié qui m’accueillait alors
Me grise encor le cœur comme un bon vin d’Espagne.
Dieu leur avait donné, comme à ceux qu’il bénit,
Des parents dont les vœux avaient su se comprendre;
Et l’on voyait sur eux leur tendresse s’étendre
Comme une aile d’oiseau veillant au bord du nid.

Qu’ils sont nobles et saints, ces mariages d’âmes!
Ils font la maison douce et les enfants aimés…
Ces petits chérubins qui nous ont tant charmés,
Vous les reconnaissez, car c’étaient vous, mesdames.

Aux jours de grande fête, on ne manquait jamais
De m’offrir une part de la gaîté commune,
Poète de vingt ans, sans nom et sans fortune,
N’ayant que des chansons pour tous ceux que j’aimais.

Vous ouvriez pour moi le cercle de famille;
Des liens bien puissants paraissaient nous unir…
Peut-être en avez-vous perdu le souvenir,
Quand l’enfant fit plus tard place à la jeune fille.

Quoi qu’il en soit pourtant – je le dis entre nous :
Pour faire un bon récit on ne doit rien omettre -
Tout absurde que c’est, il vous faut bien admettre
Que vous avez souvent sauté sur mes genoux.

De ces choses, plus tard, les femmes se défendent…
Mais j’aurais tort, au fond, de m’en enorgueillir,
Car tout cela me fait terriblement vieillir,
Surtout lorsque je songe aux maris qui m’entendent.
Les maris!… Oui, c’est vrai; – des anges d’autrefois,
Je me dis en chantant le doux épithalame,
Qu’entre l’aimable enfant et la charmante femme,
Il n’est que le mari pour oser faire un choix.

Pour moi, je n’ose pas l’entreprendre, et pour cause;
Mais, sans vouloir risquer un fade compliment,
Une main sur le cœur je dirai seulement :
J’aimais tant le bouton, que doit être la rose?

Mais pourquoi remonter le flot du souvenir?
Chaque page ici-bas – étape de la vie -
Sitôt le feuillet lu, par un autre est suivie…
Nous aimions le passé : saluons l’avenir!

Oui, mesdames, partez pour l’étape nouvelle.
Au bras de vos époux nos souhaits vous suivront.
Pour vous, en ce beau jour, un monde se révèle :
Laissez par d’autres fleurs se parer votre front.

Et puis, tenez, la plus douce de mes chimères,
Après le déjeuner des noces d’aujourd’hui,
Ce sera de pouvoir assister à celui
De vos petits-enfants… quand vous serez grand-mères.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS