Poème 'Printemps' de Rainer Maria RILKE dans 'Vergers'

Printemps

Rainer Maria RILKE
Recueil : "Vergers"

Ô mélodie de la sève
qui dans les instruments
de tous ces arbres s’élève -,
accompagne le chant
de notre voix trop brève.

C’est pendant quelques mesures
seulement que nous suivons
les multiples figures
de ton long abandon,
ô abondante nature.

Quand il faudra nous taire,
d’autres continueront…
Mais à présent comment faire
pour te rendre mon
grand coeur complémentaire ?

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Vent qui chante
    ----------------

    Le grand vent qui s'élève
    A pris pour instruments
    Les vieux arbres sans sève ;
    J'accompagne son chant.

    Qui donne la mesure
    Forte que nous suivons ?
    Qui montre les figures
    Simples que nous dansons ?

    Quand il semble se taire,
    Le jardin parle et rit ;
    Ils n'ont si belle terre,
    Ces messieurs de Paris.

Rédiger un commentaire

Rainer Maria RILKE

Portait de Rainer Maria RILKE

Rainer Maria Rilke (de son nom patronymique René Karl Wilhelm Johann Josef Maria Rilke) est un écrivain autrichien, né le 4 décembre 1875 à Prague, mort le 30 décembre 1926 à Montreux, en Suisse. Il vécut à Veyras de 1921 à sa mort. Il est surtout connu comme poète, bien qu’il ait également écrit un roman, « Les... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto