Poème 'Qu’heureux tu es, Baïf, heureux, et plus qu’heureux' de Joachim DU BELLAY dans 'Les Regrets'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Joachim DU BELLAY > Qu’heureux tu es, Baïf, heureux, et plus qu’heureux

Qu’heureux tu es, Baïf, heureux, et plus qu’heureux

Joachim DU BELLAY
Recueil : "Les Regrets"

Qu’heureux tu es, Baïf, heureux, et plus qu’heureux,
De ne suivre abusé cette aveugle déesse,
Qui d’un tour inconstant et nous hausse et nous baisse,
Mais cet aveugle enfant qui nous fait amoureux !

Tu n’éprouves, Baïf, d’un maître rigoureux
Le sévère sourcil : mais la douce rudesse
D’une belle, courtoise et gentille maîtresse,
Qui fait languir ton coeur doucement langoureux.

Moi chétif, cependant, loin des yeux de mon prince,
Je vieillis malheureux en étrange province,
Fuyant la pauvreté : mais las ne fuyant pas

Les regrets, les ennuis, le travail et la peine,
Le tardif repentir d’une espérance vaine,
Et l’importun souci, qui me suit pas à pas.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Poisson de turquoise
    -------------------------

    Le poisson plutonien est sacrément heureux,
    Ce dont il remercie une obscure déesse :
    L'océan lui paraît débordant de promesses,
    De festins, de douceur, de plaisirs amoureux.

    Un Terrien trouverait le climat rigoureux ;
    Ce joli poisson vert n'en sent pas la rudesse,
    Il boit son apéro, parle avec sa maîtresse,
    Puis entend des oiseaux le babil langoureux.

    N'ayant point de baron, ni de duc, ni de prince,
    Cet endroit est pour lui la joyeuse province
    Où l'on aime la vie, où l'on ne s'en fait pas.

    Le Terrien, cependant, est toujours à la peine,
    Victime, bien souvent, d'une espérance vaine ;
    Pourquoi donc, vers Pluton, ne fait-il quelques pas ?

Rédiger un commentaire

Joachim DU BELLAY

Portait de Joachim DU BELLAY

Joachim du Bellay est un poète français né vers 1522 à Liré en Anjou, et mort le 1er janvier 1560 à Paris. Sa rencontre avec Pierre de Ronsard fut à l’origine de la formation de la « Pléiade », groupe de poètes auquel Du Bellay donna son manifeste, « la Défense et illustration de la langue... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto