Poème '08 – Qui taillera cette vigne…' de Francis VIELÉ-GRIFFIN dans 'La Partenza'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Francis VIELÉ-GRIFFIN > 08 – Qui taillera cette vigne…

08 – Qui taillera cette vigne…

Francis VIELÉ-GRIFFIN
Recueil : "La Partenza"

Qui taillera cette vigne
Au pâle soleil d’hiver?
- Là-haut, passeront des cygnes;
Là-bas, les blés seront verts

S’il te regarde d’ici,
Il te verra frileuse et fine;
Mais il aura d’autres soucis
Que ta fine beauté divine;

Et nul autre, d’heures en heures,
Jour par jour, et saison par saison
- Que tu souries ou pleures
Au long de tes horizons

Nul autre, attentif et grave,
Souriant et triste à la fois,
Ne suivra le geste suave
De ta lèvre qui chante à mi-voix.

1899

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Bouddha de la vigne
    -------------------------

    Le Bouddha de la vigne,
    Il se rit de l'hiver ;
    Il rit, et son oeil cligne
    En son visage vert.

    Il fait bon boire ici
    Quand le soleil décline ;
    On oublie les soucis,
    C'est une heure divine.

    Le Bouddha, d'un air grave,
    Dit des propos marrants ;
    De ces blagues suaves
    Rigolent ses parents.

  2. Vigneron poète
    ------------------

    Ce vigneron trace des vers
    Pour dire la beauté du monde ;
    Il décrit d’autres univers,
    Des cosmos où la vigne abonde.

    Le raisin mûr, le raisin vert
    (Mais certains renards les confondent),
    Le Muscadet, l’Entre-Deux-Mers,
    Porteurs de voluptés profondes.

    Puis l’armagnac pour s’enflammer :
    Plus d’un rhapsode sut l’aimer,
    Car il inspire nos paroles ;

    Vigneron, barde sans pareil,
    Nous écoutons tes rimes folles
    Et c’est comme un jour de soleil.

  3. Bouc oenologue
    ------------

    J’observe le raisin, méticuleusement,
    Je suis fort satisfait de ses nuances mauves ;
    On en tire le sang de celui qui nous sauve
    Par le Verbe qui fut, dès le commencement.

    La vigne a profité d’un temps qui fut clément,
    Le vent n’a point agi comme une bête fauve ;
    Ce lieu fut protégé comme par une alcôve,
    Le vigneron sourit dans son contentement.

    L’hiver, pas trop de vent et pas trop de flocons,
    Sans qu’on parle pourtant d’un Noël au balcon ;
    Très indulgente fut l’humeur de la nature.

    Si de goûter mon vin vous êtes désireux,
    Faites-le-moi savoir par un mot d’écriture,
    Car j’aime partager ce nectar savoureux.

Rédiger un commentaire

Francis VIELÉ-GRIFFIN

Portait de Francis VIELÉ-GRIFFIN

Francis Vielé-Griffin, né aux États-Unis à Norfolk (Virginie) le 26 avril 1864 et mort le 11 décembre 1937, est un poète symboliste français. Fils du général Viélé , il conserva sa nationalité américaine. Installé en Touraine il termina sa vie dans le Périgord où ses filles s’étaient mariées. Avec Gustave Kahn, il... [Lire la suite]

© 2022 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS