Poème 'Racines' de ATOS

Racines

ATOS

Je ne suis qu’un hêtre en terre afghane.
Mes branches percent le ciel
Et mes racines sont éternelles.
Mais le soleil s’est voilé
Ma terre s’est disloquée.
Traqués, mutilés, emmurés.
Mes enfants regardent les alliées défiler.
Nous sommes la honte de leurs péchés.
Enfer et purgatoire de leur félicité.
Mais je rêve à nos gloires passées.
Ma sève distille la vérité.
Mon ombre se terre en toute peine.
Le dernier kandjar grave dans l’aubier
le seul mot que nous n’oublierons jamais :
RÉSISTER
Le sable efface nos prières
Sur les kilims de poussière.
D’Herat en flamme, Jehol s’échappe.
Et les visages de Bamiyan
Ne verseront plus de larmes.
Le silence apaise nos plaines écorchées.
Nos rameaux renaissent et puis frémissent.
Quelle couleur aura notre histoire ?
Noir de cendre
Rouge de sang
Vert, premier printemps.
Le soleil, du levant au couchant
Caressera le visage des femmes.
Et leur première enfant écrira dans le sable
Le seul mot qu’elles ne cessaient de murmurer :
LIBERTÉ
Je ne suis qu’un hêtre en terre afghane
Mes branches percent le ciel
Et mes racines sont éternelles.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS