Poème 'Langage cuit – II' de Robert DESNOS dans 'Langage cuit'

Langage cuit – II

Robert DESNOS
Recueil : "Langage cuit"

d’une voix noire
d’une voix maigre
m’a séduite
dans la nuit mince
dans le jour des temps.
Se vêtir d’un crêpe de chevelure
la muse aux seins mourants.

Et la voix ronde
dit que la voie est esclave.

Quelle lumière cuite ce jour-là !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS