Poème 'Rosemonde' de Guillaume APOLLINAIRE dans 'Alcools'

Rosemonde

Guillaume APOLLINAIRE
Recueil : "Alcools"

A André Derain

Longtemps au pied du perron de
La maison où entra la dame
Que j’avais suivié pendant deux
Bonnes heures à Amsterdam
Mes doigts jetèrent des baisers

Mais le canal était désert
Le quai aussi et nul ne vit
Comment mes baisers retrouvèrent
Celle à qui j’ai donné ma vie
Un jour pendant plus de deux heures

Je la surnommai Rosemonde
Voulant pouvoir me rappeler
Sa bouche fleurie en Hollande
Puis lentement je m’en allai
Pour quêter la Rose du Monde

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Oiseau-Cosmos
    -------------------

    Si vous descendez à Massy-Verrières
    (Et c’est juste avant Massy-Palaiseau),
    Vous accéderez à une clairière
    Et découvrirez un étrange oiseau.

    Gigantesque, il vit au plateau désert ;
    De l’isolement, son âme est ravie
    Tel au coin d’un bois l’arbre toujours vert,
    Aucune saison ne lui fait envie.

    C’est l’Oiseau-Cosmos, curieux volatile,
    Sur le vert plateau, marchant, plein d’entrain ;
    Il ne manie pas la pensée subtile,
    Tout juste s’il sait deux ou trois quatrains.

Rédiger un commentaire

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto