Poème 'Silence !…' de Albert SAMAIN dans 'Au jardin de l'infante'

Silence !…

Albert SAMAIN
Recueil : "Au jardin de l'infante"

Le silence descend en nous,
Tes yeux mi-voilés sont plus doux ;
Laisse mon coeur sur tes genoux.

Sous ta chevelure épandue
De ta robe un peu descendue
Sort une blanche épaule nue.

La parole a des notes d’or ;
Le silence est plus doux encor,
Quand les coeurs sont pleins jusqu’au bord.

Il est des soirs d’amour subtil,
Des soirs où l’âme, semble-t-il,
Ne tient qu’à peine par un fil…

Il est des heures d’agonie
Où l’on rêve la mort bénie
Au long d’une étreinte infinie.

La lampe douce se consume ;
L’âme des roses nous parfume.
Le Temps bat sa petite enclume.

Oh ! s’en aller sans nul retour,
Oh ! s’en aller avant le jour,
Les mains toutes pleines d’amour !

Oh ! s’en aller sans violence,
S’évanouir sans qu’on y pense
D’une suprême défaillance…

Silence !… Silence !… Silence !…

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Dans l’ombre
    -------------

    Rimailleur qui noircit des pages
    (Y compris celle d’aujourd’hui)
    Rarement son coeur introduit
    Dans ses chants ; ce serait peu sage.

    Comme à sa fenêtre un voilage,
    Les métaphores, jour et nuit,
    Protègent le sens, qui s’enfuit,
    Empruntant un autre passage.

    Par ce silence qui perdure
    Sont soignées d’anciennes blessures ;
    Le barde ne les perçoit plus.

    À des sentiments trop lisibles,
    Préfèrons la marque invisible
    D’un mot que personne n’a lu.

Trackbacks
  1. Dans l’ombre | Pays de poésie

Rédiger un commentaire

© 2022 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS