Poème 'Sonnet cabalistique' de Charles CROS dans 'Le coffret de santal'

Sonnet cabalistique

Charles CROS
Recueil : "Le coffret de santal"

Dans notre vie âcre et fiévreuse
Ta splendeur étrange apparaît,
Phare altier sur la côte affreuse;
Et te voir est joie et regret.

Car notre âme que l’ennui creuse
Cède enivrée à ton attrait,
Et te voudrait la reine heureuse
D’un monde qui t’adorerait.

Mais tes yeux disent, Sidonie,
Dans leur lumineuse ironie
Leur mélancolique fierté,

Qu’à ton front, d’où l’or fin rayonne,
Il suffit d’avoir la couronne
De l’idéale royauté.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Un vieux traité prend la parole
    -------------------------------

    Lis-moi d'une âme non fiévreuse,
    Je suis moins dur qu'il n'y paraît ;
    Je ne dis nulle histoire affreuse,
    Déchiffre-moi donc sans regrets.

    Je ne dis nulle fable creuse,
    Ma prose n'est pas sans attrait ;
    Je dis l'Antiquité heureuse
    Et les dieux que l'homme adorait.

    Ne me mets point à l'agonie
    En commentant, plein d'ironie,
    Les phrases qui font ma fierté ;

    Les mots dont mon papier rayonne
    Sont les joyaux de la couronne
    D'une authentique royauté.

  2. Couronne apocalyptique
    ----------

    Vient l"apocalypse fiévreuse,
    Un dragon royal apparaît ;
    Il nous dit des fables affreuses,
    Il nous révèle des secrets.

    Sa couronne est d’argile creuse,
    L’apôtre Luc fit son portrait ;
    Il sortit d’une grotte ombreuse,
    Plutôt féroce il se montrait.

    L’univers est à l’agonie ;
    J’entends une cacophonie,
    Plusieurs anges ont déserté.

    La gloire de Lilith rayonne,
    Le roi lui transmet sa couronne ;
    Je les ai vus se concerter.

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS