Poème 'Révolte' de Charles CROS dans 'Le coffret de santal'

Révolte

Charles CROS
Recueil : "Le coffret de santal"

Absurde et ridicule à force d’être rose,
A force d’être blanche, à force de cheveux
Blonds, ondés, crêpelés, à force d’avoir bleus
Les yeux, saphirs trop vains de leur métempsycose.

Absurde, puisqu’on n’en peut pas parler en prose,
Ridicule, puisqu’on n’en a jamais vu deux,
Sauf, peut-être, dans des keepsakes nuageux…
Dépasser le réel ainsi, c’est de la pose.

C’en est même obsédant, puisque le vert des bois
Prend un ton d’émeraude impossible en peinture
S’il sert de fond à ces cheveux contre nature.

Et ces blancheurs de peau sont cause quelquefois
Qu’on perdrait tout respect des blancheurs que le rite
Classique admet: les lys, la neige. Ça m’irrite!

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Y-a-t-il aucun qui peut me donner le sens du mot 'yains'?

  2. "yains" est "vains" avec une coquille dactylographique.

  3. Je sortais d'une auberge. Un crocodile rose,
    Grommelant des propos tirés par les cheveux,
    Me fixait du regard moqueur de ses yeux bleus.
    Je me suis demandé si, par métempsycose,

    Avait pris cette forme un relecteur de prose
    Que m'avait affecté un hebdo de mes deux,
    Pour retoucher mes mots prétendus nuageux.
    Je lui dis "Va plus loin, croco, tu m'indisposes".

    Il se met à parler du cor au fond des bois ;
    De la mort de Roland il fait une peinture
    Qui a de quoi surprendre et navrer la nature.

    Lecteur, sache-le donc. Trop boire, quelquefois
    Libère des démons qui, certes, nous irritent ;
    Inconvénient mineur à nos bachiques rites.

  4. Thunderbird, merci beaucoup!

  5. C'est corrigé, désolé.
    Merci.

  6. j'ai une explication sur de nombreux poèmes à faire mais je n'arrive pas à explique pourquoi il y a de la révolte dans le poème de Charles Cros merci d'avance

  7. Le neveu de Poséidon
    --------------------

    Le neveu de Neptune, il a de beaux yeux bleus,
    Il aime une sirène au joli teint de rose ;
    Ensemble au fond des eaux ces deux-là se reposent
    Et les courants marins caressent leurs cheveux.

    La sirène, dit-on, narre sa vie en prose ;
    Le neveu n’écrit point, elle le fait pour deux
    Puis s’en va méditer sous le ciel nuageux,
    Attirant un marin par ses charmantes poses.

    Le marin rentre au port, amoureux d’elle ; il boit.
    De la charmante ondine il fait une peinture
    Qui nous dévoile un peu sa troublante nature.

    Avec lui, le neveu s’abreuve, quelquefois,
    Il plaisante à loisir et mange quelques frites :
    Tous deux sont apaisés en pratiquant ce rite.

  8. Actinoptérygien de sinople
    ------------------------

    Ce poisson n’est pas rouge, il n’est pas non plus rose,
    Il est d’un joli vert, sauf s’il est amoureux ;
    Car quand ça lui arrive, il devient plutôt bleu,
    Je n’ai jamais compris quelle en était la cause.

    Il n’écrit pas de vers, mais pas non plus de prose,
    Sa plume ne saurait choisir entre les deux ;
    Il énonce parfois des propos hasardeux,
    Mais c’est très anodin, nul ne s’en indispose.

    Il aime l’eau de mer,et d’ailleurs, il en boit,
    Un jour il prit du vin, ce fut une aventure,
    Ce n’était pas vraiment conforme à sa nature.

    Souvent, sur une épave, il prélève du bois
    Pour orner le logis dans lequel il s’abrite,
    Mais par aucun auteur n’est sa maison décrite.

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS