Poème 'Cueillette' de Charles CROS dans 'Le collier de griffes'

Cueillette

Charles CROS
Recueil : "Le collier de griffes"

C’était un vrai petit voyou,
Elle venait on ne sait d’où,
Moi, je l’aimais comme une bête.
Oh ! la jeunesse, quelle fête.

Un baiser derrière son cou
La fit rire et me rendit fou.
Sainfoin, bouton d’or, pâquerette,
Surveillaient notre tête à tête.

La clairière est comme un salon
Tout doré ; les jaunes abeilles
Vont aux fleurs qui leur sont pareilles ;

Moi seul, féroce et noir frelon,
Qui baise ses lèvres vermeilles,
Je fais tache en ce fouillis blond.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Sagesse improvisée
    --------------------------

    Ah ! le plus sage est d’être fou.
    Le sérieux ne vaut pas un clou,
    Il ne peut que gâcher nos fêtes ;
    Faut pas penser avec la tête.

    Pour commencer, buvons un coup ;
    Cela ne coûte que trois sous
    Quand la tavernière est honnête,
    Voilà qui vaut qu’on s’y arrête.

    À présent, nous batifolons
    En ce cher Pays des Merveilles
    Où nous conduisent les bouteilles ;

    Qu’importe si les jours sont longs !
    À grands traits de liqueur vermeille,
    Voici que nous nous envolons.

Rédiger un commentaire

Charles CROS

Portait de Charles CROS

Charles Cros, né à Fabrezan (Aude) le 1er octobre 1842, originaire d’une famille de Lagrasse (Aude) et mort à Paris le 9 août 1888, est un poète et inventeur français. Passionné de littérature et de sciences, il fut un temps, de 1860 à 1863, professeur de chimie à l’Institut parisien des Sourds-Muets, avant de se... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto