Poème 'Sonnet-dédicace' de Théophile GAUTIER dans 'Un douzain de sonnets'

Sonnet-dédicace

Théophile GAUTIER
Recueil : "Un douzain de sonnets"

Aux temps païens, toujours devant les temples fume
L’hécatombe, des dieux apaisant le courroux.
Vénus veut cent ramiers ; Jupiter, cent bœufs roux.
Pour ma déesse, moi, je n’ai rien qu’une plume !

Et j’ose dans l’azur, dont l’encens fait la brume
Chez les Olympiens, m’élever jusqu’à vous,
Et sur le blanc autel de vos divins genoux
Déposer en tremblant l’ex-voto d’un volume.

Votre nom tutélaire au frontispice luit,
Chaque sonnet l’enchaîne au sonnet qui le suit ;
Tel un bracelet d’or dont l’agrafe est fermée.

Par vos perfections mes défauts sont couverts,
Et sur votre portrait, s’enchâssant en camée,
Rayonne la beauté qui manque dans mes vers !

24 avril 1869.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Théophile GAUTIER

Portait de Théophile GAUTIER

Pierre Jules Théophile Gautier est un poète, romancier, peintre et critique d’art français, né à Tarbes le 30 août 1811 et mort à Neuilly-sur-Seine le 23 octobre 1872 à 61 ans. Né à Tarbes le 30 août 1811, le tout jeune Théophile garde longtemps « le souvenir des montagnes bleues ». Il a trois ans lorsque sa famille... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto