Poème 'Sonnet sur une Dame blonde' de Théodore de BANVILLE dans 'Les stalactites'

Sonnet sur une Dame blonde

Théodore de BANVILLE
Recueil : "Les stalactites"

… velut inter ignes
Luna minores.
Horace.

Sur la colline,
Quand la splendeur
Du ciel en fleur
Au soir décline,

L’air illumine
Ce front rêveur
D’une lueur
Triste et divine.

Dans un bleu ciel,
O Gabriel !
Tel tu rayonnes ;

Telles encor
Sont les madones
Dans les fonds d’or.

Août 1844.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Première fois,
    Parfois primaire ;
    Mais quels émois
    Dans ces galères.

    Je me revois,
    Amant sommaire
    Au fond des bois,
    Sur la fougère.

    Trop courte nuit ;
    Jamais, depuis,
    Autant de sève...

    Mais certains jours
    J'y fais retour,
    C'est un beau rêve.

  2. Dame d’Occitanie
    ----------

    La Dame de Jadis règne sur ces collines,
    Qu’un barde célébra de ses chants immortels ;
    Nul ne la vit jamais s’approcher d’un autel,
    Ni boire au cabaret dans le jour qui décline.

    Son visage charmant, qu’un sourire illumine,
    Fut immortalisé dans un joli pastel ;
    Jamais en ce bas monde on ne vit rien de tel,
    Rien ne peut égaler sa figure divine.

    C’est la soeur, semble-t-il, de la Dame du Ciel,
    Dont fut désemparé le pauvre Gabriel ;
    Et sur l’Occitanie cette gloire rayonne.

    Un sculpteur a moulé la forme de son corps
    Qui dans la paix du soir au sommeil s’abandonne,
    Et, pour lui faire honneur, la statue est en or.

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS