Poème 'Suicide I' de PhulanKile

Suicide I

PhulanKile

La vie a un plan phénoménal
qui chaque fois tourne mal
Chacun est l’autre en S(s)oi (e)
nul n’est celui qu’il se croit

Je veux vivre sa vie
JE veut être celui qui vous aime
JE se veut rire béni
JE n’est que sa propre flemme

Entre joies et détresse profondes
Pleure donc les chants d’hier pauvre JE dans l’onde
JE ne sait danser que la pauvre ritournelle de l’eau
Entre des monts de Morale et les pics des fondamentaux

JE ne peux que faire ce que je faisais
-imparfait de l’altérité du Passé;
de mon être qui ne m’appartient pas plus qu’à vous, en faites!
Juste à une réalité s’ajoutant aux milliards de vérités

A quoi bon alors cultiver l’infortune
A quoi bon se dire libre et sans thunes
A quoi bon s’exprimer sinon de manière commune
Lorsque toute vie est menée par l’abandon des urnes

Tous des fascistes, tous des fascistes
juste un parangon de société de type franquiste
Mais le calme doit revenir à la nuit
Mais les réalités se glacent sans changer d’huis

JE se ratera sans désespoir… Mais reprendra-t-il sa route?

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS