Poème 'Ta porte' de ATOS

Ta porte

ATOS

Ta porteLes mots qui nous ébranlent
La porte battante
Grande ouverte, offerte
La porte qui nous méprend
La porte qui claque
La porte cadenas
La porte muette
La porte Judas
Et puis moi à ta porte
Mon front contre le bois
Mes paumes au vantail
Tes mots en gâche
La porte qui s’invite et qui s’invente
La porte paradis
Ta main sur la poignée
La porte grinçante
La porte qui s’ouvre
la porte beuglante, béante,
La porte qui se bloque, qui supplie, qui exige
Mon poing contre le bois
Ma main sur ton poignet
Tes yeux en imposte
Toi contre la porte
La porte contre laquelle je te plaque
Ta force qui m’écarte
Ton dos contre le bois
Ma force tout entière vers toi
Et ton corps contre moi
Écartelées, défoncées
Nos vies fracassées
Mon dos contre le mur
Toi au plus profond de moi
Et moi perdue sans toi
Glissant le long de la paroi
Le silence veine nos peines
Alors nos corps entre-lames
Tes mains sur mes poignets
Réclament mes mains pétrifiées
Ma bouche autour de toi
Et ton souffle contre moi
Nos âmes persiennes
En claire voie les mots soleil
L’ instant qui nous porte
Et toutes nos vies qui nous emportent.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS