Poème 'Théophile Gautier' de Théodore de BANVILLE dans 'Dans la fournaise'

Théophile Gautier

Théodore de BANVILLE
Recueil : "Dans la fournaise"

Pour entrer vainqueur dans la gloire,
Le grand Théophile Gautier
S’est levé de la tombe noire.
Il revit pour nous tout entier.

Son oeuvre est une moisson mûre.
Il paraît beau comme un lion
Et comme, en sa pesante armure,
Un héros du temps d’Ilion.

Dans sa ville parisienne
Il renaît et peut marier
Sa chevelure ambroisienne
Au feuillage du noir laurier.

Autour de ses lèvres sublimes
S’élance, fuyant les réseaux,
L’essaim mystérieux des rimes
Qui volent comme des oiseaux.

Et l’Ode, qui le sut élire,
Près de lui, pour charmer le jour,
Fait résonner la grande Lyre
Et chante, avec des cris d’amour.

Ici, pendant l’apprentissage
Qu’il faisait, pour charmer les cieux,
Le divin Gautier fut un sage,
Indulgent et silencieux.

Paré pour l’éternelle fête
Dont les astres sont les témoins,
Cet exilé fut un Poëte.
Oui, rien de plus et rien de moins.

Rien de plus, ô Dieux! Comme Orphée,
Vivre avec les yeux pleins d’azur,
Voir au loin, dans l’ombre étouffée,
Passer la figure au front pur;

Et la bouche pleine de cendre,
Pâle de tous les maux soufferts,
Chercher sa proie, et la reprendre
Aux Dieux effrayants des enfers;

Dire les magiques paroles
Pour être, en son espoir divin,
Traqué par les Bacchantes folles
Que guide la fureur du vin;

Toujours emporté dans le songe
Qui berce un rêveur enchanté,
Mépriser, comme un vil mensonge,
Tout ce qui n’est pas la beauté;

Garder, comme en un sanctuaire,
L’idéale forme du corps
Et savoir, comme un statuaire,
Immobiliser ses accords;

Ainsi qu’un aigle, vers le faîte
Ouvrir son vol, toujours altier,
Voilà ce que fait un Poëte
Comme Théophile Gautier.

Il ne fut rien de plus! Génie
Ayant fièrement combattu,
Il subit sa lente agonie
Sans perdre la mâle vertu.

Et maintenant, sans qu’un barbare
L’insulte avec des cris hagards,
Écoutant s’exalter Pindare
Au bruit des chevaux et des chars,

Éclatant de joie et de lustre,
Il appartient, sous le ciel bleu,
A la même lignée illustre
Que Hugo, son maître et son dieu.

19 août 1890.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Petite vestale
    ----------------

    Vestale en un temple de gloire,
    Comme tu sais bien ton psautier !
    Tu ne crains pas la tombe noire,
    Mais tu pries pour le monde entier.

    Ton âme est une moisson mûre,
    Un champ de blé qui devient blond ;
    Tu peux combattre, sans armure,
    Cet ange qui deviint félon.

    Dans les chapelles bordelaises,
    J'entends quelques voix te prier ;
    Garde-nous de l'enfer de braises,
    Bien trop chaud, même en février.

Rédiger un commentaire

Théodore de BANVILLE

Portait de Théodore de BANVILLE

Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les « Odes funambulesques » et « les Exilés », il est surnommé « le poète du... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto