Poème 'Toast à la France' de Louis-Honoré FRÉCHETTE dans 'Les Oiseaux de neige'

Toast à la France

Louis-Honoré FRÉCHETTE
Recueil : "Les Oiseaux de neige"

Mes amis, buvons à la France,
À la France, qui fut toujours
Le plus profond de nos amours,
Et notre plus sainte espérance !

À la France des nouveaux jours,
Qui sut souffrir sans défaillance,
Et dont l’indomptable vaillance
Nous promet d’éclatants retours !

Buvons à la France, à sa gloire,
Aux fiers héros de son histoire,
À sa grandeur, à ses succès !

Et ― s’il lui faut brandir le glaive ―
À la revanche qui se lève !
À l’unité du sol français !

(juillet 1882)

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Piaf-Tonnerre en Île-de-France
    Aime vagabonder le jour,
    Tout en rêvant à ses amours
    (Sans y mêler trop d'espérance).

    Sur ce thème il rime toujours,
    Sans un instant de défaillance ;
    Il élabore avec vaillance
    Des sonnets pendant son parcours.

    Il n'en attend aucune gloire,
    Il aime écrire des histoires
    Sans jamais penser au succès.

    Il ne brandit jamais de glaive,
    C'est juste un grand verre qu'il lève :
    Ah, le plaisant barde français !

  2. Étrange passion littéraire !
    Toutes les douleurs de l'amour,
    Mais aucun de ses bons retours.
    (Et cela, sur fond de lumière).

    Tel un oiseau crépusculaire
    Qui se déplace d'un vol lourd,
    Ou voit planer sur les bois sourds
    L'âme du sombre Piaf-Tonnerre.

    Il ne sent point de lassitude ;
    Son coeur n'est point devenu rude,
    Il se souvient des bons moments.

    Sur fond de tristesse éternelle,
    Il produit cette ritournelle,
    Comme on s'en envoie, entre amants.

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS