Poème 'Toi chez moi' de ATOS dans 'Variations sur le thème de l'amitié'

Toi chez moi

ATOS
Recueil : "Variations sur le thème de l'amitié"

L’avenue dresse ses arbres et allume ses bosquets.
Paris verse la pluie dans la cheminée.
D’un coup de rail, le tram découpe les pavés.

J’aime ton chandail qui enlace la causeuse
et son parfum qui ne sait plus te quitter.
Tes cheveux ébouriffés
Tes silences et ton sourire un peu de côté.
Tes chausses délacées
Tes mains dans tes poches
et ma vie en désordre.

Une poubelle claque du bec
Une sirène cherche la Seine
De belles aiguilles reprisent le bonsoir.

J’aime les paroles de ton rire
Ce vin que nous chantons.
Tes pas sur le plancher
et cette musique que nous connaissons.
J’aime les questions que tu oublies
Et tes mains sur mes livres.
J’aime les réponses que tu m’offres.
Et ce pain si dur que nous partageons.

La ville se démaquille et se glisse dans sa nuit.
Dos à dos des hommes s’endorment
Pas à pas les rideaux se tirent.

J’aime te voir de-ci de-là
Un soupçon de moi
Un zeste de toi.

J’aime simplement quand tu es là.

Recueil « Variations sur le thème de l’amitié » – Éditions FLAMMES VIVES – 11/2013

Poème préféré des membres

DUTAILLY a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Paris, la bohême, l'amour....cela pourrait devenir une scène de cinéma, c'est très beau!

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS