Poème 'Ton pays' de ATOS

Ton pays

ATOS

Mes yeux se portaient sur chaque coté de la rue.

J’aimais ce village pour ce qu’il m’avait donné :
L’amitié de mon père,
et la certitude que l’enfance n’était pas un pays vaincu.

Ils revenaient vers moi ceux que je croyais disparus.

La lumière riait aux pierres ,
et les pierres chantaient de la fontaine venue.

Tous les étés sur le chemin de nos rêves
parle d’un enfant qui donna son sourire à cette rue.

Billes d’agates,
Abeilles venues,
Premier orage,
Lettres tenues.

Mes yeux se portaient sur chaque coté de la rue :
La mémoire de mon père,
et la certitude que l’amour
n’est jamais un pays perdu.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS