Poème 'Totem' de Aimé CÉSAIRE

Totem

Aimé CÉSAIRE

De loin en proche de proche en loin le sistre des
circoncis et un soleil hors mœurs
buvant dans la gloire de ma poitrine un grand coup de
vin rouge et de mouches
comment d’étage en étage de détresse en héritage le
totem ne bondirait-il pas au sommet des buildings sa
tiédeur de cheminée et de trahison ?
Comme la distraction salée de ta langue destructrice
comme le vin de ton venin
comme ton rire de dos de marsouin dans l’argent du
naufrage
comme la souris verte qui naît de la belle eau captive
de tes paupières
comme la course des gazelles de sel fin de la neige sur
la tête sauvage des femmes et de l’abîme
comme les grandes étamines de tes lèvres dans le filet
bleu du continent
comme l ’éclatement de feu de la minute dans la trame
serrée du temps
comme la chevelure de genêt qui s’obstine à pousser
dans l’arrière-saison de tes yeux à marine
chevaux du quadrige piétinez la savane de ma parole
vaste ouverte

du blanc au fauve
il y a les sanglots le silence la mer rouge et la nuit

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Aimé CÉSAIRE

Portait de Aimé CÉSAIRE

Aimé Fernand David Césaire, est un poète et homme politique français de Martinique, né le 26 juin 1913 à Basse-Pointe et mort le 17 avril 2008 à Fort-de-France. Il est l’un des fondateurs du mouvement littéraire de la négritude et un anticolonialiste résolu. Aimé Césaire faisait partie, d’une famille de sept... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto