Poème 'Tour de France' de Orange84

Tour de France

Orange84

Le peloton pédale au cœur d’un même effort
Tandis que les coureurs, tout en haut de la cote,
Suivent un train d’enfer que l’air pur asticote
Et craignent l’incident que donne l’inconfort.

Ils auront tout connu avant le réconfort,
Le midi tout brûlant ou le froid qui picote,
Les nappes de chaleur, le brouillard qui décote,
Le grand soleil du sud, les vents qui soufflent fort.

Il faut toujours savoir se battre dans l’épreuve,
Partir le cœur gagnant, qu’il fasse beau qu’il pleuve,
Sans baisser les deux bras face aux difficultés.

Dans quelques jours, Paris sera la récompense,
Mais, même sans Paris, des fermes aux cités,
Il est le roi chez nous notre grand tour de France.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS