Poème 'Sainte' de Stéphane MALLARME dans 'Poésies'

Sainte

Stéphane MALLARME
Recueil : "Poésies"

A la fenêtre recélant
Le santal vieux qui se dédore
De sa viole étincelant
Jadis avec flûte ou mandore,

Est la Sainte pâle, étalant
Le livre vieux qui se déplie
Du Magnificat ruisselant
Jadis selon vêpre et complie :

A ce vitrage d’ostensoir
Que frôle une harpe par l’Ange
Formée avec son vol du soir
Pour la délicate phalange

Du doigt, que, sans le vieux santal
Ni le vieux livre, elle balance
Sur le plumage instrumental,
Musicienne du silence.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Sainte Justine
    ------------------

    Dans la terre d’Ombrie, qui en saintes abonde,
    Justine est la plus sage, et la plus droite, aussi ;
    Frère François disait, en la voyant ainsi,
    Qu’il suivrait volontiers cette âme vagabonde.

    Noé, qui méditait en sa nef, sur les ondes,
    L’apercevait parfois,dans un rêve indécis ;
    Car le Vieux Testament nous en fit le récit,
    Ce beau livre narrant les débuts de ce monde.

    François, sur les chemins avec elle marchant,
    N’a jamais regretté de n’être pas marchand
    Comme l’y disposait sa lignée paternelle.

    Il fut reconnaissant d’avoir été donné
    Pour maître à cette dame au coeur bien ordonné
    Qui mettait du bonheur dans son âme éternelle.

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS