Poème 'Hommage – Le silence déjà funèbre d’une moire' de Stéphane MALLARME dans 'Poésies'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Stéphane MALLARME > Hommage – Le silence déjà funèbre d’une moire

Hommage – Le silence déjà funèbre d’une moire

Stéphane MALLARME
Recueil : "Poésies"

Le silence déjà funèbre d’une moire
Dispose plus qu’un pli seul sur le mobilier
Que doit un tassement du principal pilier
Précipiter avec le manque de mémoire.

Notre si vieil ébat triomphal du grimoire,
Hiéroglyphes dont s’exalte le millier
À propager de l’aile un frisson familier !
Enfouissez-le-moi plutôt dans une armoire.

Du souriant fracas originel haï
Entre elles de clartés maîtresses a jailli
Jusque vers un parvis né pour leur simulacre,

Trompettes tout haut d’or pâmé sur les vélins
Le dieu Richard Wagner irradiant un sacre
Mal tu par l’encre même en sanglots sibyllins.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Manoir biscornu
    ----------

    Le seigneur de ce lieu porte un blason de moire,
    Il en a parsemé son sobre mobilier ;
    Au milieu de la salle, un immense pilier
    S’orne de trois sonnets qu’il garde en sa mémoire.

    Ces textes merveilleux sont extraits d’un grimoire
    Où de pareils morceaux se comptent par milliers ;
    Au maître de maison certains sont familiers,
    Le gros livre est tiré bien souvent de l’armoire.

    Ici viennent dîner le prêtre et le bailli,
    Qui à ce rituel ont rarement failli ;
    De critiquer cette oeuvre ils font le simulacre.

    Quel scribe a disposé ces mots sur ce vélin ?
    Peut-être Saint Rémi, celui qui les rois sacre,
    La préface l’évoque en des mots sibyllins.

Rédiger un commentaire

© 2021 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS