Poème 'Victorieusement fui …' de Stéphane MALLARME

Victorieusement fui …

Stéphane MALLARME

Victorieusement fui le suicide beau
Tison de gloire, sang par écume, or, tempête !
Ô rire si là-bas une pourpre s’apprête
A ne tendre royal que mon absent tombeau.

Quoi ! de tout cet éclat pas même le lambeau
S’attarde, il est minuit, à l’ombre qui nous fête
Excepté qu’un trésor présomptueux de tête
Verse son caressé nonchaloir sans flambeau,

La tienne si toujours le délice ! la tienne
Oui seule qui du ciel évanoui retienne
Un peu de puéril triomphe en t’en coiffant

Avec clarté quand sur les coussins tu la poses
Comme un casque guerrier d’impératrice enfant
Dont pour te figurer il tomberait des roses.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Chevalier sans armes
    --------------------

    Son âme est vigoureuse, et son visage est beau ;
    C’est un fol chevalier, neveu de la tempête,
    Qu’importe si, bientôt, c’est sa mort qui s’apprête,
    Il saura se tenir très bien dans un tombeau.

    Son orgueil d’autrefois est parti en lambeaux,
    Et son goût de la drague, et son sens de la fête,
    Car il a bien fini de se prendre la tête ;
    À d’autres paladins il laisse le flambeau.

    On le trouve affaibli, mais qu’à cela ne tienne,
    Il poursuit son chemin sans rien qui le retienne,
    Mais ne cultive plus les exploits décoiffants.

    Dans la sérénité sur l’herbage il se pose
    Près des fleurs qu’il aimait quand il était enfant,
    Pour leur parler toujours du prince et de la rose.

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS