Poème 'Un lange de laine' de ATOS

Accueil > Les membres > Page de poésie de ATOS > Un lange de laine

Un lange de laine

ATOS

Le corps en veille
dans un recueil de gestes
un homme qui veille
cloué sur un rocher
l’ homme qui parle
au corps halluciné
le corps qui pleure
bouleverse l’ encrier

Un corps qui s’ouvre
est-ce parole en vérité ?

Ses mains sont les brindilles
de son bel arbre brisé.
La nuit est à sa fenêtre penchée.

Le temps n’est que du sable
dans un homme sablier
en dedans prisonnier
dehors en corps la vie en Autre
tout devient soudain si proche
mais à son corps étranger.

Le possible blotti dans un regard
et c’est l’enfance dessinée.
L’homme garde l’enveloppe
de son adresse bombardée.
Il n’est que chair et n’est plus que pansé
pensé par d’autres
jamais écouté
l’homme qui parle ne dit rien
comment trouver le mot d’une fin
dans un matin-papier-ma?hé ?
La vie tient à son souffle
au bout du fil les mots s’égouttent
le regard à sa fenêtre
l’homme revoie son corps se balancer
Il marche comme dans un rêve avec deux jambes brisées.
La vie n’est plus qu’ un désert en traversée.

Du lit à la fenêtre combien de pas pour se jeter ?
La question frappe aux quatre coins de ce béton armé.

Jouir, courir, désirer, saisir, embrasser
il marche dans le verbe d’un pronom personnel implosé.

Refuser, repousser, se dresser, exploser, se lever
il court dans un verbe au pronom personnel projeté.
Sourire, accepter, obéir, dépendre, attendre, entendre
il vit dans un verbe au pronom personnel imposé.

Du lit à la fenêtre se déroule toujours son geste.
De sa tête jusqu’au ciel la nuit découle de ses pensées.
Chaque grain d’une heure a le poids de son passé.

Un corps en veille
dans son cercueil de gestes
pense toujours sa liberté.

Choisir, partir, quitter, se délivrer
il parle de son verbe au pronom personnel refusé.

Un cœur au bord de sa fenêtre
écoute en corps l’oiseau chanté.

Il ne sait vivre qu’avec un bout du ciel à son côté.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS