Poème 'V heures' de ATOS

V heures

ATOS

V heures.
La nuit est encore
la voiture s’avance.
Face au théâtre elle s’arrête.

V heures. la nuit est encore.

Une femme s’en sort.
De ces V heures, à sa tête le jour lui donne la pièce.
V heures pile et l’enfant sort.

A peine si elle marche
elle bringuebale son corps.
Une femme pose sur la dalle l’enfant qui ne dort pas.
V heures. la nuit est encore.

Elles marchent.
L’une se dévissant de l’autre. L’autre se hisssant à l’une.
Toutes deux différentes de leur sort.
Toutes deux détournées de même nuit.

V heures.
La ville est toujours
mais en corps
la ville baisse un regard.

Leurs volumes cherchent la lumière.
Attendue par une ombre, elle saisit deux inconnues.

V heures cinq.
la nuit est encore .
Faces au théâtre, la voiture repart et brouillonne une façade.

Là, ici, encore rien ne sonne.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS