Poème 'Va par les carrefours des places desolees…' de Jean-Baptiste CHASSIGNET dans 'Mespris de la vie et consolation contre la mort'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Jean-Baptiste CHASSIGNET > Va par les carrefours des places desolees…

Va par les carrefours des places desolees…

Jean-Baptiste CHASSIGNET
Recueil : "Mespris de la vie et consolation contre la mort"

Va par les carrefours des places desolees
De l’emperiere Rome, & sous les arcs bossez,
Et dans les temples sains à l’antique dressez,
Cherches des roys deffuns les riches Mausaulees,

Va sous les fondemens des colomnes moulees,
Et parmi les meulons des Thermes abaissez,
Et sous les escailliers des Theatres haussez,
Fouilles des vieus Censeurs les cendres escoulees.

Fauche parmi les os des simples laboureurs
Les Consuls Justiciers, & les fiers Empereurs
Pesle mesle sont mis sous la tombe fatale.

Voila le vray miroir ou se doivent mirer
Ces ceurs ambicieus, pour y considerer
Que la mort aus plus grans les plus pauvres egale.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Quatre figures
    ------------------

    La licorne parcourt les plaines désolées ;
    Le printemps est trop beau pour se mettre à bosser,
    Aux auberges des dieux, les buffets sont dressés :
    Je sens la bonne odeur des pommes rissolées.

    Le bouddha du ciel d'or a pris son envolée,
    Vers notre humble village il ne va s'abaisser
    Avant que le tumulte, au marché, n'ait cessé ;
    Je vois sa face au loin, de gloire auréolée.

    Je vois le blanc centaure, un habile tireur,
    Qui met tout son honneur à servir l'Empereur ;
    Gardez-vous, mes amis, de sa flèche fatale.

    Mais c'est au sorcier-coq d'être mieux admiré :
    De ces quatre totems, le mieux considéré,
    Étale au ciel d'argent sa chair monumentale.

  2. Jour de sécheresse
    --------------------

    Une flamme parcourt la steppe désolée
    Sans jamais rencontrer muraille ni fossé ;
    En ce sinistre lieu, nul arbre n’est dressé,
    Plaine par les oiseaux rarement survolée.

    Jadis furent ici des vaches immolées,
    Qui durent vers l’autel leurs cornes abaisser ;
    Cela nous rassurait, mais ce culte a cessé,
    De sa gloire n’est plus l’idole auréolée.

    Jadis venaient chasser de très nobles tireurs
    Qui désiraient offrir leur chasse à l’Empereur ;
    Et chacun se gardait de leurs flèches fatales.

    Ils se sont endormis, ces héros admirés
    Qui comme demis-dieux furent considérés,
    Dont la tombe est ici, guère monumentale.

Rédiger un commentaire

Jean-Baptiste CHASSIGNET

Portait de Jean-Baptiste CHASSIGNET

Jean-Baptiste Chassignet (1571-1635) est un poète baroque français. Né à Clairac en Agenais, alors terre d’Empire, Jean-Baptiste CHASSIGNET est le fils d’un médecin. Il reçoit une formation humaniste, étudie le droit à l’université de Dole où il obtient son doctorat, ce qui le mène à une carrière d’avocat... [Lire la suite]

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS