Poème 'Vestiaires' de ATOS

Vestiaires

ATOS

Petit, tu sais, la vie c’est peu comme la boxe :
Une belle école.

Mais dans un cas comme dans l’autre,
si tu joues en dehors de ta catégorie,
Tu risques la boucherie.

Quand t’es boxeur, tu connais ton poids avant de monter sur le ring.
C’est une règle qui permet tous les paris.
C’est pour ça qu’ la boxe est un art noble.

Dans la vie, faudra qu’ t’ attendes la fin du combat pour savoir si tu faisais le poids.
Mais, entre nous, c’est pas pour ça que tous les coups devraient être permis.
Avec ou sans gants, Petit, ce sera toujours de la folie.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS