Poème 'Virgo Hebraïca' de Renée VIVIEN dans 'La Vénus des aveugles'

Virgo Hebraïca

Renée VIVIEN
Recueil : "La Vénus des aveugles"

Tu m’apportes l’ardeur des nuits de Palestine.
Sur ton front, serein comme un feu d’autel,
Brûle, sceau mystique, empreinte divine,
La gloire de ta race, ô fille d’Israël !

Ton corps a les parfums du corps de Bethsabée,
Pâleur de lotus et de nénuphar.
Un saphir frémit, tel un scarabée,
Sur tes cheveux pareils aux cheveux de Tamar.

Et tes bras arrondis semblent porter l’amphore,
Ainsi que les bras nus de Rébecca.
Devant l’ennemi que ton peuple abhorre
Ta bouche a proféré le cri mortel : raca.

La soif d’Agar a fait trembler tes lèvres noires.
Debout, et bravant la lune au zénith,
Tu m’appris le chant rouge des victoires,
Le rire de Jahel, les baisers de Judith.

Tu m’apportes l’ardeur des nuits de Palestine.
Sur ton front, serein comme un feu d’autel,
Brûle, sceau mystique, empreinte divine,
La gloire de ta race, ô fille d’Israël !

Poème préféré des membres

guillaumePrevel a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2021 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS