Poème 'Vrai' de ATOS

Vrai

ATOS

Si je goûte à tes larmes la richesse des lacs
si j’entends de ton rire venir le triomphe d’un soir
si je sais que tes mains contiennent une enfance nature
si je vois en juillet l’écho de tes doigts sur les pages d’un cahier
si je sais que la nuit ne peut rien éteindre mais tout recommencer
et si mes yeux savent tout ce que mes mots ignoraient
c’est parce que je sens les choses comme si en moi elles venaient.

J’aimerai que les choses soient simples

que je ne puisse voir dans tes larmes qu’une peine,
que ton sourire ne soit qu’une adresse
que tes mains ne soient que des gestes
que tes doigts s’arrêtent là où le livre s’achève
que la nuit ne puisse nommer qu’une obscurité
et que tes yeux ne soient qu’au regard d’un jour

J’aimerais que les choses soient simples
et qu’elles oublient parfois d’être vraies.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2023 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS