Poème 'À Adolphe Poisson' de Louis-Honoré FRÉCHETTE dans 'Les Oiseaux de neige'

À Adolphe Poisson

Louis-Honoré FRÉCHETTE
Recueil : "Les Oiseaux de neige"

À l’heure où le loup rôde en cherchant sa pâture,
Heure sombre où l’enfant tressaille au moindre bruit !
Quand, au fond du ciel morne où nul astre ne luit,
L’ombre, sinistre oiseau, plane sur la nature,

Souvent le voyageur, égaré dans la nuit,
Laisse flotter la rêne au col de sa monture ;
Et l’animal, cessant d’aller à l’aventure,
D’un pas ferme, tout droit au gîte le conduit.

Ta muse, c’est la sûre et fidèle cavale,
Poète ! et tu pourrais errer par intervalle,
Tâtonnant sur la voie où le doute est vainqueur ;

Mais à son noble instinct toujours tu t’abandonnes,
Certe ! et voilà pourquoi, même quand tu fredonnes,
Tu sais si bien trouver tous les chemins du cœur !

(1878)

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS