Poème 'À Alphonse Lemerre' de Théodore de BANVILLE dans 'Odes funambulesques'

À Alphonse Lemerre

Théodore de BANVILLE
Recueil : "Odes funambulesques"

qui me demande un commentaire

Dans mon travail me voilà comme entré.
Moi le rhythmeur, le dompteur de Chimère,
Je prends la plume & je commenterai,
Fût-ce, au besoin, devant monsieur le maire.
Vous le voulez, c’est bien, mon cher Lemerre.
J’ai tel désir de casser congruement
Ces durs cailloux, que j’y songe en dormant ;
Et, si je sors vainqueur de cette lutte,
On pourra mettre au bas du monument :
Cailloux cassés par un joueur de flûte.


Septembre 1873.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Théodore de BANVILLE

Portait de Théodore de BANVILLE

Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les « Odes funambulesques » et « les Exilés », il est surnommé « le poète du... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto