Poème 'À Alphonse Lemerre' de Théodore de BANVILLE dans 'Odes funambulesques'

À Alphonse Lemerre

Théodore de BANVILLE
Recueil : "Odes funambulesques"

qui me demande un commentaire

Dans mon travail me voilà comme entré.
Moi le rhythmeur, le dompteur de Chimère,
Je prends la plume & je commenterai,
Fût-ce, au besoin, devant monsieur le maire.
Vous le voulez, c’est bien, mon cher Lemerre.
J’ai tel désir de casser congruement
Ces durs cailloux, que j’y songe en dormant ;
Et, si je sors vainqueur de cette lutte,
On pourra mettre au bas du monument :
Cailloux cassés par un joueur de flûte.


Septembre 1873.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS