Poème 'À Edmond et Jules de Goncourt' de Théodore de BANVILLE dans 'Odelettes'

À Edmond et Jules de Goncourt

Théodore de BANVILLE
Recueil : "Odelettes"

Comme sur un beau lac où le feuillage tremble,
Deux cygnes dans l’azur au loin voguent ensemble ;
Comme deux fiers chevaux, buvant au flot des airs,
Courent échevelés dans le feu des déserts ;
Comme en un bas-relief plus blanc que les étoiles,
S’avancent le front haut deux vierges aux longs voiles ;
Comme deux vers jumeaux volent d’un même essor,
Attachés par la Rime avec des liens d’or ;
De même, avec amour, frères, vos deux pensées
Marchent d’un pas égal, l’une à l’autre enlacées.
O poëtes heureux ! comme dans votre esprit,
Le même ardent rayon sur vos lèvres fleurit,
Et, par un double effort, vos âmes fraternelles
Vers le même Idéal ensemble ouvrent leurs ailes !

Mai 1855.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Théodore de BANVILLE

Portait de Théodore de BANVILLE

Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les « Odes funambulesques » et « les Exilés », il est surnommé « le poète du... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto