Poème 'A la perverse Ophélie' de Renée VIVIEN dans 'La Vénus des aveugles'

A la perverse Ophélie

Renée VIVIEN
Recueil : "La Vénus des aveugles"

Les évocations de ma froide folie
Raniment les reflets sur le marais stagnant
Où flotte ton regard, ô perverse Ophélie !

C’est là que mes désirs te retrouvent, ceignant
D’iris bleus ton silence et ta mélancolie,
c’est là que les échos raillent en s’éloignant.

L’eau morte a, dans la nuit, les langueurs des lagunes,
Et voici, dispensant l’agonie et l’amour,
L’automne aux cheveux roux mêlés de feuilles brunes.

L’ombre suit lentement le lent départ du jour.
Comme un ressouvenir d’antiques infortunes,
Le vent râle, et la nuit prépare son retour.

Je sonde le néant de ma froide folie.
T’ai-je noyée hier dans le marais stagnant
Où flotte ton regard, ô perverse Ophélie ?

Ai-je erré, vers le soir, douloureuse, et ceignant
D’iris bleus ton silence et ta mélancolie,
Tandis que les échos raillent en s’éloignant ?

L’eau calme a-t-elle encor les lueurs des lagunes,
Et vois-tu s’incliner sut ton défunt amour
L’automne aux cheveux roux mêlés de feuilles brunes ?

Ai-je pleuré ta mort dans l’énigme du jour
Qui disparaît, chargé d’espoirs et d’infortunes ?…
– O rythme sans réveil, ô rire sans retour !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Fin d’Ophélie
    --------------

    Muse à la voix blême,
    Chante tes adieux
    Dans les chrysanthèmes.

    Chante pour les dieux
    Du ciel d’amarante,
    Mais pas pour mes yeux.

    La nuit transparente
    Transforme un tombeau
    En chair fulgurante ;

    Les astres sont beaux,
    La lune est humaine
    Autant qu’un corbeau.

    Ton coeur se promène
    Vers les eaux, là-bas,
    Toute une semaine ;

    Et je n’y vais pas.

    Muse de romance
    Cueille le jasmin
    Dans le parc immense,

    Au bord du chemin,
    Au coeur des prairies,
    Parfume tes mains

    De ces fleurs meurtries ;
    Tu n’as pas sommeil,
    Chante l’insomnie,

    Attends le soleil :
    Sainte-Catherine
    Te l’offre vermeil,

    Ô muse chagrine.

  2. Dieu des tourbières
    ---------------------

    Ce dieu obscur et lourd fut l'amant d'Ophélie ;
    La couronnant de fleurs et d'algues la ceignant,
    Il avait su parler à sa mélancolie,
    Mais ne dit plus un mot, ce jour, en s'éloignant.

    Ophélie, s'immergeant, rêvera de lagunes,
    Et de meurtre et d'angoisse, et de mort, et d'amour,
    Sur l'eau de ce ruisseau flottent les feuilles brunes,
    Pas un nuage au ciel, ce jour est un bon jour.

    Un astre au firmament ne sait pas s'il est beau,
    La lune n'entend rien des paroles humaines ;
    Pour te dire un adieu, tu n'auras qu'un corbeau
    Qui,sans penser à rien, dans les cieux se promène.

Rédiger un commentaire

Renée VIVIEN

Portait de Renée VIVIEN

Renée Vivien, née Pauline Mary Tarn le 11 juin 1877 à Londres et morte le 18 novembre 1909 à Paris, surnommée « Sapho 1900 », est une poétesse britannique de langue française du courant parnassien de la Belle Époque. Renée Vivien était la fille d’une mère américaine et d’un père britannique fortuné qui mourut en 1886,... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto