Poème 'A Madame G.' de Alfred de MUSSET dans 'Poésies nouvelles'

A Madame G.

Alfred de MUSSET
Recueil : "Poésies nouvelles"

C’est mon avis qu’en route on s’expose à la pluie,
Au vent, à la poussière, et qu’on peut, le matin,
S’éveiller chiffonnée avec un mauvais teint,
Et qu’à la longue, en poste, un tête-à-tête ennuie.

C’est mon avis qu’au monde il n’est pire folie
Que d’embarquer l’amour pour un pays lointain.
Quoi qu’en dise Héloïse ou madame Cottin,
Dans un miroir d’auberge on n’est jamais jolie.

C’est mon avis qu’en somme un bas blanc bien tiré,
Sur une robe blanche un beau ruban moiré,
Et des ongles bien nets, sont le bonheur suprême.

Que dites-vous, madame, à ce raisonnement ?
Un point, à ce sujet, m’étonne seulement :
C’est qu’on n’a pas le temps d’y penser quand on aime.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Nef du porc
    --------

    Nous avons pris la mer à la saison des pluies,
    Après de brefs adieux, dans le petit matin ;
    Le soir il a fallu débarquer trois mutins
    Sur un îlot désert, au risque qu’ils s’ennuient.

    Nous avons vu danser des pétrels en folie,
    Sur le point de voler vers des pays lointains ;
    Pterodroma Mollis était leur nom latin,
    J’ai gardé deux ou trois de leurs plumes jolies.

    Un ondin, par l’odeur du vieux rhum attiré,
    Se hissa sur le pont qu’on venait de cirer ;
    Il ne fut guère aimable, on l’a servi quand même.

    Cet invité savait boire modérément,
    De plus, il nous donna divers renseignements
    Dont l’écrivain du bord tira plusieurs poèmes.

Rédiger un commentaire

© 2022 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS