Poème 'A Marthe et Robert' de Jacques PREVEL dans 'Poèmes pour toute mémoire'

A Marthe et Robert

Jacques PREVEL
Recueil : "Poèmes pour toute mémoire"

J’ai tenté l’impossible en vain
Mais il était trop tard quand je suis venu
Il n’y avait plus rien
Il n’y avait plus qu’un bruit de vent comme un
Passage
Un claquement sec des plaintes des paroles
Etouffées
Il n’y avait plus qu’une vibrante solitude
Un frénétique envoûtement de gestes
Et le vide qui précède une invisible présence

Je suis resté dans ma stupeur pour écouter le
bruit du vent

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS