Poème 'Le zinc' de ATOS

Le zinc

ATOS

C’est ça.
C’est juste ça qu’il te restait à dire.
Juste ça. Dans ce coin là .
Des petits bouts de fils que tes manches ont ramassés là -bas
sur le zinc fantôme et qui tu laisses traîner dans les coulisses de tes os, sur la grande paillasse de tes vices, à des bouches soupirail grenadine.
C’est ça qu’il te reste à prendre, à ramasser, à ne plus t’y rependre.
C’est juste ça que tu ne tenais pas à lire
mais que ce temps saura de son mal si vite te rendre.
Ces pas où tu as été fourrer ta gorge…
des voix, plus rien que des voix .
Pas moins que ça et aucun de plu.
Maintenant t’es toi.
C’est ça.
Juste ça.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2021 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS