Poème 'À Nérée Beauchemin' de Louis-Honoré FRÉCHETTE dans 'Les Oiseaux de neige'

À Nérée Beauchemin

Louis-Honoré FRÉCHETTE
Recueil : "Les Oiseaux de neige"

J’aime à gravir les monts sauvages, le matin,
À l’heure harmonieuse et pleine de mystère
Où le brouillard des nuits, rafraîchissant la terre,
Perle en bruines d’or au feuillage du thym.

Et si, du fond du val, quelque timbre argentin
Soudain dans l’air sonore éclate solitaire,
Toutes les autres voix pour moi semblent se taire,
Et j’écoute ravi la chanson du lointain.

Poète, ouvre joyeux l’aile de ton génie,
Chante ! ton chant si pur rompt la monotonie
Des vulgaires accents du grand concert banal ;

Et moi ― dont le soleil à l’horizon décline, ―
Je veux monter souvent sur la sainte colline,
Pour entendre de loin ton refrain matinal !

(1880)

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS