Poème 'A une persanne' de korobesse

A une persanne

korobesse

Elle trône sur la table, attentive et curieuse
A l’affût de l’insecte, qu’elle espère plus proche.
Elle feint l’indifférence et joue la bienheureuse
Pour mieux cacher la ruse à sa griffe féroce.

Surgissant du silence comme naît un miracle
Ses grands yeux verts et or, balayant l’horizon
De ses prunelles fauve où scintille un frisson
Elle semble sur le monde affirmer son oracle.

Est-elle fille d’Argus ou bien Sphinx vivant
Pour oser du regard éterniser le temps?
Mais soudain cette reine s’étend de tout son être

Et baille d’un ennui impérial et serein
Avant de se lover au bord de la fenêtre
Et s’endormir tranquille aux rêves souverains.

Poème préféré des membres

IVA a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS