Poème 'Élégie' de korobesse

Élégie

korobesse

Le lierre s’est figé
Au marbre gris et rose…
Le silence a frappé
Chaque heure, chaque chose.

On entend tout là-bas
Pourtant gémir la plainte
Du bassin triste et las
S’élève une complainte.

Trop longtemps prisonnier de ce parc sans vie
A l’ombre d’un cypres un vieux faune s’ennuie
Car le bal est fini,la fontaine tarie,
Les Naïades sont mortes et les beaux jours ont fuient…

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS