Poème 'Refuge' de korobesse

Refuge

korobesse

Au bas du vallon bleu où l’ombre et la lumière
Échangent leurs caresses sur les blés des moissons

L’étang calme et profond aux cotés des chaumières
Semble écouter le vent fredonner sa chanson.

Sombre ou gai, je ne sais que cet air beau et tendre.
Enfant, j’aimais déjà sa douce mélodie,

Quand les jours de chagrin et de mélancolie
Je courais, feu aux joues, sous les grands pins m’étendre.

Là, couché, le cœur battant au flanc
Je rêvais, libre enfin dans ce tableau charmant

Vibrant d’insectes fous et de bois odorants.
Où ma peine fuyait, emportée par le vent.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS