Poème 'Carthage' de korobesse

Carthage

korobesse

Là où le temps lointain a arreté sa marche
J’ai longé les allées, abrité par les arches,
Parcouru les sentiers,dénombré les couloirs
De ces siècles passés entendu la mémoire.

Tout en moi s’unissait, s’animait, renaissait
Résonnait de couleurs, de saveurs, de beautés.
J’étais et j’errais seul, serein par tant de calme
Parmi le sycomore et les arbres de palmes.

J’allais le coeur ravi, je me laissais bercer
Comme on songe parfois lors des nuits enchantées.
Je m’enivrais léger ,baigné de ces odeurs.

Je scrutais les mystères s’échappant des vestiges.
J’en buvais les instants,j’en dérobais chaques heures
Pour graver à jamais leurs sublimes vertiges.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS