Poème 'A vous Athos' de marisolle

A vous Athos

marisolle

Aramis a dit « texte trop long, ON accroche pas »
Qui donc est ce on qui ne peut accrocher ?
Accrocher à quoi d’ailleurs ?
Il existe tant de choses dans vos poèmes,
parfois j’aime, parfois moins, mais jamais non.
Et les jardins ouvriers sont évoqués d’une
telle façon que j’ai eu l’impression d’y être,
dans ces jardins sis l’un à côté de l’autre,
le voisin-voisine, tout près ou du bout
de la rue, celle ou celui qui échange
quelques mots, prête ou offre quelque chose,
échange, conseille, ou écoute les conseils
enfin toute une vie qui perdure encore
dans certaines zones de France.
Texte trop long, non,
sûrement non, car il fallait évoquer par
petites touches, la lumière, la chaleur
de juillet, les vacances où faute de
pouvoir partir loin, on allait travailler en
s’amusant au jardin.
On allait chez les grands-parents qui devenaient
la récompense au bout d’une année d’école,
cette liberté et cet amour de nous qu’ils avaient
endurant nos cris de joie, nos disputes, savourant
nos plaisirs simples et s’ingéniant à nous gâter
non avec des cadeaux luxueux,
mais avec leur amour, leur jardin, les crêpes ou
la galette faite avec les premières fraises,
les cerises en pendants d’oreilles, la rhubarbe
sûre, les framboises grappillées.
Je suis certaine que votre poème est allé
droit au coeur de gens comme moi,
qui ont connu ce temps délicat et délicieux
qui nous a donné pour la vie des souvenirs
impérissables et charmants, remplis de parfums
de saveurs véritables.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Message transmis ce jour à l'administrateur du site pour demande de rectification quant au nom de l'auteur de ce texte. ( auteur qu'au passage.... je remercie ;) ) .
    ATOS - Astrid Shriqui Garain . 27.02.2015

  2. Merci Alexandre d'avoir rectifié. :)

  3. Merci Marisolle, je suis très touchée de pouvoir partager avec vous ces instants d'enfance. Ce texte est dédié à mon grand père maternel, mécanicien, homme du nord, pêcheur, jardinier . Et recevoir ce prix de Poésie de la ville Denain, ville du nord, signifie beaucoup pour l'enfant qui est toujours en moi. Les instants que j'ai partagé avec mon grand-père ont été trop courts. Je lui devais bien ce long poème pour lui exprimer ma reconnaissance pour cette tendresse qu'il a su nous donner.

  4. texte trop long; on n'accroche pas ! c'est mon opinion et nul sur ce site n'a le droit de la censurer ! je vois qu'à plusieurs reprises ça a été le cas; c'est bien pitoyable de baillonner comme ça les gens, les poètes qui donnent leur avis sans prétention !!!messieurs les censeurs vous êtes petits affreusement petits !

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS