Poème 'After Glow' de Renée VIVIEN dans 'La Vénus des aveugles'

After Glow

Renée VIVIEN
Recueil : "La Vénus des aveugles"

Je poursuis mon chemin vers le havre inconnu.
Les Femmes de Désir ont blessé mon cœur nu.

Dans la perversité de leur inquiétude
Elles ont outragé ma calme solitude.

Elles n’ont respecté ni l’ordre ni la loi
Que j’observais, avec un très exact effroi.

Obéissant au cri de leurs aigres colères,
Elles ont arraché mes prunelles trop claires.

Et, voyant que j’étais debout en mon orgueil,
Elles ont déchiré mes vêtements de deuil

**

Entrelaçant pour moi les lys de la vallée,
Les Femmes de Douceur m’ont enfin consolée.

Elles m’ont rapporté la ferveur et l’espoir
Dans leur robe, pareille à la robe du soir.

Je sens mourir en moi la tristesse et la haine,
En écoutant leur voix murmurante et lointaine.

Voyant planer sur moi l’azur des jours meilleurs,
Je les suivrai, j’irai selon leurs vœux, ailleurs.

Puisque ces femmes-là sont la rançon des autres,
Quels jours dorés et quels soirs divins seront nôtres !…

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Deux boucs héraldistes
    --------------------------------

    L’écu fut dessiné par deux boucs inconnus,
    On pense que c’était pour orner un mur nu ;
    Le valet qui les sert avec sollicitude
    Aime ce fier blason, meublant leur solitude.

    Le voyageur, passant par ce pays sans lois,
    Chez ces deux bons seigneurs peut dormir sans effroi.
    Nul ne les vit gronder, ni se mettre en colère,
    On me dit que leur âme est comme de l’eau claire.

    Il fait bon séjourner chez ces boucs sans orgueil,
    Oubliant,de la vie quotidienne,les deuils;
    Vers le soir, on savoure un alcool de prunelle
    Dans les feux du couchant, rougissant la tonnelle.

Rédiger un commentaire

Renée VIVIEN

Portait de Renée VIVIEN

Renée Vivien, née Pauline Mary Tarn le 11 juin 1877 à Londres et morte le 18 novembre 1909 à Paris, surnommée « Sapho 1900 », est une poétesse britannique de langue française du courant parnassien de la Belle Époque. Renée Vivien était la fille d’une mère américaine et d’un père britannique fortuné qui mourut en 1886,... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto